Le lait, est-il bon pour notre santé?

Avec ses 67 milles exploitations laitières, ses presque 4 millions de vaches et ses plus de 250 000 emplois répartis sur tout le territoire, l’industrie laitière française se classe au deuxième rang dans la production européenne alors que le groupe Lactalis est lui premier au classement mondial des industriels du lait (source CNIEL). Les français sont les premiers consommateurs mondiaux de fromage et de beurre, et cela dépasse la simple question du goût, c’est toute une identité nationale qui s’est construite autour du fromage, ou du beurre si vous êtes bretons comme moi :). Autant dire que le lait et ses dérivés ( beurre, crème, fromages, etc.) ont une place importante à la table des français, et pas que ! La filière du lait est également très tournée vers l’export. Sur 10 litres de lait collectés en France, 4 sont destinés à l’export (source CNIEL). De quoi faire lever quelques sourcils à la simple question « Le lait est-il bon pour la santé ? »

Quels sont les dangers du lait ?

Le lait de vache, car c’est bien le lait de vache qui est majoritairement consommé, est souvent montré du doigt car il contient en grande quantité des facteurs de croissance (de manière naturelle, mais également rajoutés par une alimentation des bovins visant la prise de masse musculaire et un retentissement du cycle de croissance). Destinées aux petits veaux qui ont des besoins importants de croissance osseuse et musculaire – une croissance d’une centaine de kilos en seulement un an-, ces molécules de croissance auraient un impact nocif sur l’organisme humain engendrant ou aggravant les cancers, le diabète de type 1 et les maladies cardiovasculaires. Ces facteurs de croissance seraient-ils responsables de l’augmentation de la taille et du poids des français dans la dernière soixantaine d’années ( +10 cm environ)? Pas d’étude scientifique sur la question mais une piste à creuser pourquoi pas. D’autre part, les protéines bovines contenues dans le lait ont une constitution différente des protéines humaines. Certaines d’entre elles sont peu, voire pas du tout assimilables par l’organisme. Cela se traduit par des cas d’intolérance au lait (au lactose, sucre contenu dans le lait, et que les enzymes de l’intestin grêle n’arrivent pas à digérer) se manifestant par des troubles digestifs et des douleurs. Mais hélas, entre les pro-lait et les anti-lait le combat et rude et dure. Les études de l’Agence nationale de sécurité sanitaire ne permettent pas de conclure sur les bienfaits ou les méfaits du lait.  C’est une équation de « + » et de « – » dont les résultats restent grandement dépendants des habitudes alimentaires, de l’héritage génétique et des pathologies de chacun. Toutefois, il y a des sujets qui font l’unanimité et que nous évoquons ci-après :

Le lait de vache est-il un bon substitut du lait maternel ?

NON. Le lait maternel et le lait de vache sont très différents l’un de l’autre. Le lait de vache ne peut pas se sibstiuter au lait maternel et ne doit pas être administré aux enfants en bas âge car les molécules qu’il comporte ne peuvent pas être digérées par l’intestin du nourisson. A l’opposé, le lait maternel est riche et parfaitement adapté aux besoins du nourrisson. Sa composition change avec l’avancement en age du bébé pour s’adapter au mieux aux demandes de l’organisme. Le lait humain continent 7% de lactose qui favorise l’assimilation des minéraux et entraîne la formation de galactose, sucre indispensable dans le développement du cerveau du bébé. Le lait maternel est également riche en lipides et vitamines nécessaires à la croissance de l’enfant.

Préférer les fromages et yaourts au lait ?

OUI, à travers le processus de fermentation, le fromage et yaourts, ne contiennent que peu de lactose, responsable des ballonnements et problèmes de digestion. Les fromages et yaourts sont donc plus facilement digérables par les enzymes de l’intestin grêle et donc assimilables par l’organisme. En plus, entre la diversité des fromages français on a le choix !

Quelles autres sources de calcium ?

Les produits laitiers sont une importante source de calcium, mais pas la seule. On peut avoir une alimentation équilibrée sans forcément manger des produits laitiers. Les fruits et les légumes sont de bons alliés, tout comme les fruits frais et secs, les viandes et poissons. Les eaux minérales concentrés en calcium sont également intéressantes (Hépar, Contrex).  Les aliments les plus intéressants tant pour la concentration de calcium que pour sa disponibilité à l’assimilation sont :

  • Les différentes variétés de choux
  • Les brocolis, navets, artichauts, asperges, épinards
  • Le persil, le thym, le basilic et autres herbes
  • Le pois chiches
  • Les haricots rouges et blancs
  • Le tofu
  • Les amandes, les figues, l’avoine, le sésame, les oranges

N’oubliez pas qu’il faut de la vitamine D pour bien synthétiser le calcium, profitez-donc du soleil pour faire une petite ballade et rechargez vos batteries.